Affrontements armés entre la police et la BSAP, des morts auraient été enregistrés, manifestation , Haïti en effervescence ce 7 février

3 min read

Nous sommes aujourd’hui 7 février 2024. A Port-au-Prince et ses environs, le temps est morose. Le soeil n’arrive toujours pas à poindre à l’horizon. Mais, cette région et d’autres villes de province sont en effervescence ce mercredi 7 février 2024, selon les constats de nos reporters sur place. Des milliers de manifestants foulent  le macadam, des affrontements armés entre la BSAP et la PNH ont été enregistrés. Tout ce ceci, pour exiger le départ du premier ministre Ariel Henry, en vertu de l’accord du 21 décembre, publié dans le journal officiel Le Moniteur. Selon des informations, lors d’échanges de tirs , des morts auraient été enregistrés dans les rangs de BSAP. 

Haïti est en effervescence ce mercredi 7 février. À Port-au-Prince, Delmas et Pétion-Ville, des barricades sont érigées et des pneus enflammés sont dressés sur la chaussée. Le pays est au bord de l’ explosion. 

Dans la commune de Delmas, la manifestation a déjà débuté avec à sa tête le leader de la structure politique Pitit Desalin Jean Charles Moïse. Le parcours reste le même, selon l’ancien candidat à la présidence, qui précise que la manifestation prendra la direction de Pétion-Ville avant d’atteindre Bourdon et Musseau devant la résidence officielle du Premier ministre.

A Pétion-ville, des affrontements armés auaraien eu lieu entre la Police Nationale d’Haïti et des agents de la Brigade de Sécurité des Aires Protégées (BSAP) à Laboule. Au moins un agent de la BSAP a été arrêté par les forces de l’ordre et d’autres auraient été mortellement blessés, selon des i nformations non confirrmées par les autorités. Toutefois le  véhicule qui transportait des agents de la BSAP a été saisi par les policiers  et à  l’intérieur, du sang est visible partout, selon notre reporter sur place. Le porte parole de Réveil Nationale, Fedner Cérisier qui n’est pas en mesure de confirmer la nouvelle affirme en avoir emtendu parler.

Actuellement, la commune de Pétion-Ville est sous tension. Toutes les unités de la Police Nationale d’Haïti essaient de ramener l’ordre et se préparent à mater les mouvements de protestation. Des tirs sont entendus. La situation est extrêmement critique.

Au champ de mars, la tension monte. Les partisans du pouvoir dont Paul Gérot Jean Baptiste « Pa Anmèdel » qui avaient promis de prendre le contrôle de cet espace brillent par leur absence.  Des pneus enflammés ont été constatés et la zone est barricadée par des manifestants. Ces derniers exigent le départ du Premier ministre Ariel Henry qui, selon eux, n’a rien fait pour le pays. Ils invitent le chef du gouvernement à respecter les prescrits de l’accord du 21 décembre.

Dans plusieurs villes de province, le spectre de Pays Lock est bien visible. A Miragoane, les activités sont complètement paralysées, la population ne cesse de faire montre de sa colère. À Hinche, la ville est sous haute tension. Aux Cayes, la manifestation a démarré. 

Au Cap, Ouanaminthe, et d’autres villes c’est le même cas de figure. 

Jusqu’à cette présente minute, dans la région métropolitaine, seule la présence de Jean Charles Moïse est constatée. Guy Philippe, Jeantel Joseph ou encore Claude Joseph ne sont pas remarqués. Ce matin, les partisans de Guy Philippe avaient donné jusqu’à 10h à Ariel Henry pour plier bagages afin d’évite la colère de la population. 

Source: Gazette Haiti news

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © All rights reserved. | Radio Verite .
Powered by