Des membres du congrès américain réticents à financer la mission multinationale en Haïti, un autre couac pour les USA

3 min read

Des membres du congrès américain se montrent réticents à financer la Mission Multinationale de Soutien à la Sécurité en Haïti, selon les révélations faites par le journal floridien Miami Hérald ce vendredi 2 février 2024. Ces derniers exigent des précisions de la part de la Maison Blanche.

Préalablement, il était question que les États déboursent au moins 200 millions de dollars américains pour financer le déploiement de la mission multinationale de soutien à la sécurité en Haïti dont la moitié du montant devrait être accordée par le congrès américain.

Sauf que, selon les révélations faites par le Miami Hérald, certains membres du congrès sont on ne peut plus réticents. Il s’agit d’un autre couac pour l’administration de Joe Biden après la décision de la justice kenyane, bloquant le déploiement de policiers kenyans à l’étranger.

Les présidents des commissions des affaires étrangères de la Chambre des représentants, Michael McCaul, et du Sénat, James Risch, selon le Miami Hérald, veulent plus de précisions sur la situation et ont même bloqué le financement.

Du montant qui devrait être libéré par le congrès américain, l’administration Biden a fait une première demande de 50 millions de dollars. Les législateurs ont partiellement libéré 10 millions de dollars, puis l’administration a répliqué en demandant 17 millions de dollars pour commencer le processus, selon Miami Hérald. 

“L’administration n’a pas encore honoré les engagements spécifiques qu’elle a promis au Congrès dans le cadre du processus d’examen”, a déclaré Leslie Shedd, porte-parole de la commission des affaires étrangères de la Chambre.

Le représentant républicain de Floride, Mario Diaz-Balart, qui est président de la sous-commission des crédits de la Chambre responsable de l’aide étrangère, a déclaré que les législateurs ont besoin de plus d’informations de la part de l’administration Biden, y compris de leur plan B si le Kenya n’était pas en mesure de diriger la mission armée en Haïti.

“Ce que je peux dire, c’est qu’il y a des préoccupations légitimes concernant la viabilité du plan de force multinationale, surtout compte tenu de la récente décision de la cour kényane interdisant la participation de la police kényane. L’administration Biden doit expliquer son plan de contingence si le Kenya ne peut plus aider”, a déclaré Diaz-Balart. 

“Je n’exclus pas une force multinationale, mais à ce stade, il faut simplement plus d’informations, ainsi qu’une explication plus poussée sur le fardeau financier que l’administration Biden souhaite assumer. L’instabilité en Haïti a des répercussions au-delà de ses frontières sur des pays voisins comme la République dominicaine, et bien sûr les États-Unis », a-t-il précisé.

Le financement américain est considéré à Nairobi comme un investissement initial devant conduire à des contributions supplémentaires de partenaires du monde entier. Cette situation au congrès américain n’arrange pas l’administration américaine qui doit composer avec ce problème de financement.

Source: Gazette Haiti news

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © All rights reserved. | Radio Verite .
Powered by