Haïti/Force militaire:- Biden et Trudeau veulent avancer sur les prochaines étapes pour soutenir Haïti

3 min read

L’instabilité persistante en Haïti a été au cœur d’une rencontre ce mardi 10 janvier 2023 entre le président américain Joe Biden et le premier ministre du Canada Justin Trudeau en marge du sommet des dirigeants nord-américains à Mexico. A l’issue de cette rencontre, selon un communiqué de la maison blanche, les deux hommes forts du continent se sont engagés à poursuivre la coordination avec leurs partenaires du Conseil de Sécurité de l’ONU sur les prochaines étapes pour soutenir la stabilité en Haïti, y compris le soutien à la Police Nationale.

La question de l’intervention militaire en Haïti revient petit à petit dans l’actualité. Le gouvernement dirigé par le Premier ministre Ariel Henry, a demandé aux États-Unis et à d’autres membres de la communauté internationale de soutenir le déploiement de troupes pour aider les forces de police à acheminer l’aide humanitaire dans les zones contrôlées par les gangs.

Les États-Unis, qui ne veulent pas envoyer leurs propres militaires, ont accepté de soutenir la demande. Avec le Mexique, les États-Unis ont rédigé une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU appelant au déploiement rapide d’une force de protection extérieure en Haïti.

Trois mois plus tard, il n’y a eu aucun mouvement et aucune indication qu’une force multinationale soit en vue. Le Canada, qui a été approché par l’administration Biden pour diriger une telle force, n’a pas non plus montré de volonté publique d’aller de l’avant. Au lieu de cela, le gouvernement d’Ottawa s’est concentré sur l’émission de sanctions économiques contre les politiciens et les chefs d’entreprise haïtiens qui, selon lui, sont à l’origine de la guerre des gangs, tout en appelant à un large accord politique entre les dirigeants politiques et de la société civile du pays.

Dans un communiqué, la Maison Blanche a déclaré ce mardi que Biden et Trudeau se sont engagés à poursuivre la coordination avec leurs partenaires du Conseil de sécurité de l’ONU sur les prochaines étapes pour lutter contre “l’instabilité en Haïti”.

“Les deux dirigeants ont également souligné l’importance d’une collaboration continue sur les questions de migration, en particulier dans l’élargissement des voies légales et l’augmentation de la réinstallation des réfugiés – pièces maîtresses de la Déclaration de Los Angeles sur la migration et la protection”, ajoute le communiqué.

Avant le sommet, les États-Unis ont annoncé une nouvelle politique frontalière qui appelle à l’expulsion rapide des migrants haïtiens et des autres personnes traversant la frontière américano-mexicaine sans autorisation préalable en vertu de l’ordonnance de santé publique du titre 42.

Il a également lancé un nouveau programme pour les Cubains, les Haïtiens, les Nicaraguayens et les Vénézuéliens cherchant à vivre temporairement aux États-Unis. Dans le cadre du programme de libération conditionnelle, les États-Unis accepteront 30 000 immigrants par mois des quatre pays au cas par cas pour une libération conditionnelle de deux ans aux États-Unis. Les bénéficiaires devront répondre à certains critères, notamment avoir un parrain aux États-Unis capable de leur fournir un logement et des soins médicaux.

Source: Gazette Haiti news

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © All rights reserved. | Radio Verite .
Powered by