La formation du nouveau CEP dans l’impasse

2 min read

Plusieurs organisations, qui avaient reçu l’invitation du premier ministre Ariel Henry à participer au choix des membres du CEP, refusent de participer au processus. C’est le cas entre autres, de la Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH), de l’organisation de droits humains « Sant Karl Lévêque », et de LHADAN, un regroupement d’associations de la Diaspora basée aux États-Unis.


Le premier ministre Ariel Henry, qui avait mis à pied le Conseil Électoral Provisoire (CEP) dirigé par Gyrlande Mésadieu, peine à trouver de nouveaux membres pour le nouveau CEP.
Après l’organisation de droits humains dénommée « Sant Karl Lévêque », et de LHADAN, une coalition d’organisation de la Diaspora, c’est au tour de la Conférence Épiscopale d’Haïti (CEH) de se retirer du processus.


Selon la CEH, les conditions ne sont pas réunies pour organiser des élections dans le pays. Voilà pourquoi, elle décline l’invitation du premier ministre Ariel Henry à participer au processus de désignation des membres du CEP.


La coalition d’organisations dénommée « League of Haitian American Diaspora Alliance Network », LHADAN, basée aux États-Unis d’Amérique, a aussi décliné l’invitation du premier ministre Ariel Henry à participer à la formation du CEP et de l’assemblée constituante.


Dans une correspondance envoyée mercredi au chef du gouvernement, les responsables de LHADAN soutiennent que « Selon la coalition, la gestion de l’insécurité est un souci majeur et devrait être une priorité avant toute autre chose ».
Ils souhaitent « qu’un accord global et uni, reflétant toutes les revendications de nos frères et sœurs vivant en Haïti et à l’étranger, sera finalisé dans les jours ».


Les responsables des associations des patrons de médias, Georges Venel Remarais pour l’AMIH (Association des Médias Indépendants d’Haïti) et Jacques Sampeur pour l’ANMH (Association Nationale des Médias Haïtiens) n’écartent pas la possibilité de désigner le représentant du secteur de la presse au CEP.


Toutefois, ils soutiennent que le rétablissement d’un climat sécuritaire devrait être la première des priorités.
Par ailleurs, Guerline Résidor, la coordonnatrice de « Kri Fanm Ayiti », retire sa candidature comme représentante du secteur féminin au CEP.


Elle dénonce la mainmise du Secteur Démocratique et Populaire (SDP) dans le processus de désignation de la représentante du secteur féminin au CEP.


Elle fait remarquer que les organisations « Fanm yo La » et « Femmes en Démocratie » ont aussi décliné l’invitation à participer dans le processus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © All rights reserved. | Radio Verite .
Powered by