Haïti : « l’heure est au combat», Léon Charles mobilise ses troupes

2 min read

Après avoir placé la police en état d’alerte maximale, le directeur général de l’institution enjoint les agents au combat. « Goumen’l ye » (l’heure est au combat, en créole haïtien, NDLR) persiste et signe Léon Charles.

A la guerre comme à la guerre. La police nationale n’entend pas abdiquer. Le directeur général, Léon Charles est ferme sur ce point. Et, face aux différentes attaques des bandits contre des postes de police, il hausse le ton.

« Goumen’l ye », c’est par ce cri de ralliement que le commandant en chef de l’institution policière a enjoint ses troupes au combat.

Un appel qui intervient 24 heures après le décès du policier Limage Gasley, affecté au Corps d’Intervention et de Maintient d’Ordre (CIMO). Il a succombé à l’hôpital après avoir été blessé dans l’attaque contre sa patrouille.

Nou nan batay (la bataille est engagée) ! Martèle Léon Charles qui invite les policiers à aller sur le front, leur rappelant qu’ils ont la loi de leur côté.

Fort du monopole de la violence légitime dont elle dispose, la police se propose d’être impitoyable à l’endroit des seigneurs de guerre.

« Autant que les bandits attaquent, autant devons nous contre-attaquer » déclare le chef de la police, affirmant que plus encore, les policiers vont traquer les bandits jusque dans leur dernier retranchement.

Il faut dire que depuis jeudi, les affrontements entre policiers et gangsters ont pris de nouvelles proportions.

Au bas Delmas, fief du puissant chef de gang, Jimmy Chérizier (un ancien policier), dit barbecue, c’est la guerre.

Plus que jamais, le patron de la PNH se dit déterminé à mettre fin au règne des bandits. La population est dans l’attente de résultats.

Source: Vant bef info

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © All rights reserved. | Radio Verite .
Powered by