Haïti Corruption : 34 milliards de dollars ont été détournés en complicité avec l’international durant les 20 dernières années, selon le Sénateur Patrice Dumont

3 min read

Dans une lettre aux institutions de contrôle que sont la CSC/CA, l’UCREF, l’IGF, la CNMP et l’ULCC, le sénateur Patrice Dumont a attiré l’attention des responsables de ces organismes étatiques sur la situation de pauvreté du peuple haïtien à cause de la corruption et de ses corollaires, l’incurie, la contrebande et le vol. L’élu de l’Ouest exhorte les dirigeants de ces institutions à réaliser des audits au niveau notamment de la DGI, de la Douane, des entreprises et organismes autonomes et/ou déconcentrées de l’Etat, de l’administration du palais national et du parlement afin de savoir comment l’argent de l’Etat a été dépensé par les gouvernements qui se sont succédé au pouvoir.


Dans cette correspondance, Pierre Paul Patrice Dumont a fait remarquer aux destinataires de cette lettre collective que d’importantes sommes d’argent destinées au financement de projets sociaux et de développement ont été détournées à des fins personnelles. Le Sénateur de la République a fait savoir que, durant les 20 dernières années, la corruption a couté 34 milliards de dollars à l’Etat haïtien sans compter notamment l’argent du fonds PetroCaribe et 12 milliards de dollars de manque à gagner en raison de la contrebande sur la frontière en Haïti et la République Dominicaine. Argent volé, selon lui, en complicité avec le système international. Les cas de corruptions les plus connus de ces dernières années sont ceux de la CIRH pour 10 milliards de dollars ; le PetroCaribe, 4 milliards ; plus d’un milliard de dollars qui serait gagné dans des conditions frauduleuses sur l’achat et la vente des produits pétroliers et 63.5 milliards de gourdes de franchises accordées par l’Etat à des particuliers sur les cinq dernières années, selon le Sénateur Dumont.

Il assimile également à de la corruption 123 millions de dollars débloqués à travers la caravane du changement, 55 millions de dollars pour la gestion du CoronaVirus, 27 millions de dollars du contrat Dermalog. Pour Patrice Dumont, les 168 millions de gourdes de frais de buffets accordés à la chambre des députés pour les six premiers mois de 2019 ainsi que 89 millions de gourdes pour restauration octroyés aux sénateurs n’est autre que de la corruption.

Un ensemble de faits et de cas de corruption qui constitue l’une des causes du niveau de pauvreté du pays, estimant que l’argent public a été mal dépensé, voir gaspillé, dénonce M. Dumont. L’élu de l’Ouest exhorte, en ce sens, les responsables des institutions de contrôle que sont la CSC/CA, l’UCREF, l’IGF, la CNMP et l’ULCC, à diligenter des audits au niveau notamment de la DGI, de la Douane, des entreprises et organismes autonomes et/ou déconcentrées de l’Etat, de l’administration du palais national et du parlement. Il s’agira de découvrir comment l’argent de l’Etat a été dépensé par les gouvernements qui se sont succédé au pouvoir durant les 20 dernières années et d’identifier les responsables des gaspillages des fonds publics.

Cette lettre de Pierre Paul Patrice Dumont survient dans un contexte où lui et ses 9 autres collègues sénateurs restent en poste en dépit du fait que le Sénat de la République ne fonctionne pas depuis que le président de la République ait, dans un tweet en date du 13 janvier dernier, constaté la caducité du parlement. Il faut dire que cette lettre du sénateur de l’Ouest démontre clairement que les organes de contrôle, qui coutent beaucoup d’argent à l’Etat, n’assument aucunement leur responsabilité.

Source: Gazette Haiti News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © All rights reserved. | Radio Verite .
Powered by