Suite à la recommandation de « US Citizenship and Immigration Services » (USCIS), de mettre fin au Statut de Protection Temporaire (Temporary Protected Status – TPS) en janvier 2018 Daniel M. Donovan, Jr. Membre du congrès (Républicain, 11e district de New York) prend à son tour la défense des haïtiens en écrivant une lettre adressée aux Secrétaires John F. Kelly et Rex Tillerson du Département d’État américain pour réclamer la prolongation du TPS.

Lettre de Daniel M. Donovan, Jr. :
« Chers secrétaires Kelly et Tillerson,

« Je vous écris aujourd’hui pour appuyer l’extension de la désignation du Statut de Protection Temporaire (TPS) pour Haïti. Le Département de la Sécurité intérieure (DHS) a initialement désigné Haïti pour le TPS en raison de “conditions extraordinaires et temporaires” qui ont empêché les haïtiens à retourner chez eux en toute sécurité. Le retour des haïtiens prématurément aura un impact négatif sur les économies américaines et haïtienne et n’augmentera que l’instabilité sur l’île. Renouveler le TPS pour Haïti est dans notre intérêt national, et je vous exhorte à renouveler la désignation pendant 18 mois supplémentaires.

Le 12 janvier 2010, Haïti a été touché par un séisme dévastateur de magnitude 7,0, le plus fort à frapper le pays en 200 ans. Une grande partie de la capitale de Port-au-Prince a été détruite, et la Croix-Rouge a estimé qu’un tiers de la population était affectée. Les Nations Unies ont signalé que le tremblement de terre a coûté à Haïti 120% de son PIB.

Moins d’un an après le tremblement de terre, Haïti a été ravagée par une épidémie de choléra encore non contrôlée qui a tué près de 10,000 personnes et contaminé 900,000 autres. Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies l’ont qualifié de “pire [épidémie de choléra] dans l’histoire récente”.

Le 4 octobre 2016, Haïti a été frappé par le premier ouragan de la catégorie 4 à touché terre sur l’île en 52 ans. L’ouragan Matthew a touché près de 2 millions d’haïtiens, tuant plus de 500 personnes. Des milliers de maisons, des écoles, des cultures et du bétail ont été détruits, causant la faim, la malnutrition et les décès dans une crise de l’insécurité alimentaire largement signalée. À l’approche de la saison cyclonique, nous sommes profondément préoccupés par le fait que des événements météorologiques importants continueront à perturber le rétablissement d’Haïti.

Mettre fin au TPS va nuire à l’économie américaine. Les détenteurs de TPS haïtiens contribuent de manière significative à notre économie, possédant des petites entreprises et soutenant des communautés à travers le pays, en particulier dans l’État de New York, abritant la deuxième communauté d’immigrants haitiens du pays. Un rapport récent publié par “Immigrant Legal Resource Center” a révélé que la cessation de TPS pour Haïti entraînerait une réduction sur 10 ans de 2,8 milliards de dollars du PIB des États-Unis ; 428 millions de dollars de cotisations perdues à la sécurité sociale et à l’assurance-maladie ; 60 millions de dollars de coûts de roulement pour les entreprises et 468 millions de dollars en coûts supplémentaires pour les contribuables en matière d’exécution. Autrement dit, mettre fin au TPS à un moment où notre économie a besoin d’un soutien est contraire à notre intérêt national.

En décembre 2016, les Services de la citoyenneté et de l’immigration des États-Unis et le Département de l’État ont examiné les conditions du pays en Haïti et sont arrivés à la même conclusion : des conditions extraordinaires et temporaires empêchant ces haïtiens de revenir en sécurité vers l’île et le TPS pour Haïti devraient donc être renouvelées. Haïti continue de se reconstruire des effets persistants du séisme de 2010. Compte tenu des conditions extrêmement difficiles, y compris l’épidémie de choléra en cours et une crise de sécurité alimentaire, je vous exhorte à étendre la désignation TPS pour Haïti pendant 18 mois supplémentaires.





Comments are closed.