Mardi lors du Conseil Permanent de l’Organisation des États Américains (OEA),le Secrétaire Général Luis Almagro a fait circuler un rapport recommandant la suspension du Venezuela de l’Organisation et exigeant des « élections générales sans délai et à tous les niveaux » dans ce pays, ce qui a provoquer une vive réaction d’Harvel Jean-Baptiste, Ambassadeur d’Haïti au sein de l’OEA…

Extrait de l’intervention d’Haïti :

« […] Monsieur le Président,

[…] Avec de telles recommandations, le Secrétaire général n’a pas seulement outrepassé ses prérogatives, il a aussi voué un mépris inadmissible aux principes fondamentaux consacrés dans la Charte de l’Organisation.

En effet, devons-nous rappeler que selon l’article premier de la Charte de l’OEA “aucune disposition ne l’autorise à intervenir dans des questions relevant de la juridiction interne des Etats membres”

De même, selon l’article 2 et 3 de la charte, l’OEA se donne pour principes d’ “encourager et consolider la démocratie représentative dans le respect du principe de non-intervention” ainsi que le “respect, de la souveraineté et de l’indépendance des Etats.

Dans ces conditions, nous sommes absolument consternés devant le fait que le Secrétaire général de l’OEA puisse seulement songer à appeler à “la convocation d’élections générales sans délai et à tous les niveaux”, dans un État membre de l’Organisation, ayant un Président en fonction dont le mandat court jusqu’à 2019 !

[…]

Le moment est grave. Il dépasse de loin la question du Venezuela. Les agissements du Secrétaire général fragilisent notre Organisation. Ses actes ne nous rassurent pas du tout pour ce qui concerne la paix et la stabilité dans la région. Si nous laissons le Secrétaire général, comme il le fait, s’immiscer sans réserve dans les affaires internes d’un pays et au détriment du principe du respect de la souveraineté des Etats, bientôt Haïti et d’autres pays de la région, seront eux aussi victimes de cette même dérive de l’Organisation.

Dans cette perspective, ce qui se passe à l’OEA en cet instant même, augure des jours sombres pour l’Organisation hémisphérique et pour notre région. L’Organisation des Etats Américains n’a jamais été aussi divisée. La convocation d’une réunion du Conseil Permanent pour débattre de la situation d’un État-membre, sous la menace de suspension de cet Etat, et en cherchant à pousser vers des élections anticipées contre un Président élu, tout cela nous fait craindre la mise en œuvre d’un agenda qui ne correspond ni à l’esprit ni à la lettre de la Charte de notre Organisation […] »





Comments are closed.