Mercredi 15 mars 2017, 19 sur 24 sénateurs ont voté une résolution condamnant fermement l’arrestation et l’extradition de leur collègue, le Sénateur élu de la Grand’Anse, Guy Philippe, le 5 janvier dernier

Dans cette résolution (proposée par les sénateurs Carl Murat Cantave, Jean-Marie Ralph Féthière, Jean-Marie Salomon, Jean Renel Sénatus, Jean Rigaud Bélizaire, Kedlair Augustin, Pierre François Sildor et Richard Lénine Hervé Fourcand), les pères conscrits exigent le retour immédiat de Guy Philippe ainsi que tous ceux qui sont détenus illégalement aux États-Unis en vertu de l’accord du 17 octobre 1997.

Selon les considérants de cette résolution, les sénateurs estiment que l’arrestation du Sénateur de la Grand’Anse est « inconstitutionnelle, mais aussi contraire aux provisions de l’accord [de 1997] qui établit une coopération entre les deux États en matière de lutte contre le trafic illicite de stupéfiants, dans les eaux maritimes, dans l’espace, mais pas sur terre […] »

Les sénateurs signataires, considèrent que l’arrestation de Guy Philippe constitue « une atteinte à la démocratie, aux droits de l’homme et à l’État de Droit, qui sont les fondements de la mission des Nations unies, de l’OEA […] » et également un manque de respect « des droits à l’autodétermination du peuple haïtien. »

Le Sénat recommande aux gouvernements, haïtien et américain, de corriger les erreurs contenues dans la Convention de 1997, afin de maintenir de bonnes relations diplomatiques et fait injonction au gouvernement haïtien d’entreprendre sans délai « toutes les démarches diplomatiques nécessaires » en vue d’un retour immédiat en Haïti, du Sénateur élu Guy Philippe.

Les sénateurs demandent également à leurs collègues députés, de mettre en accusation Camille Edouard Jr., le Ministre sortant de la Justice afin « […] qu’il soit jugé devant la haute Cour de justice pour crime de haute trahison. »

Cette résolution oblige enfin les sénateurs à porter assistance à Guy Philippe et aux membres de sa famille.





Comments are closed.