mia_lovemia_lovemia_loveLa population de l’Utah lui a renouvelé sa confiance.

Les élections américaines du 8 novembre dernier offrent quelques petites victoires à la communauté haïtienne. Mia Love est réélue à la Chambre des représentants dans l’Utah sous la bannière du parti républicain.

Pourtant, « le 8 octobre 2016, Love a déclaré qu’elle ne voterait pas pour le candidat républicain Donald Trump lors de la prochaine élection présidentielle et l’a exhorté à se retirer de la course pour le bien du parti et du peuple. »

Son premier mandat, elle l’a obtenu le 4 novembre 2014, en remportant la victoire sur son adversaire démocratique Doug Owens, fils de l’ancien député Wayne Owens. Fille d’immigrés haïtiens, elle est la première femme noire républicaine au Congrès, ainsi que la première femme d’origine haïtienne à être élu au Congrès américain.

Auparavant, elle a été élue comme maire de Saratoga Springs, Utah, servant de 2010 à 2014. Au cours de son mandat, elle dit avoir favorisé «la discipline budgétaire, le gouvernement limité et la responsabilité personnelle».

La jeune femme s’est activée très tôt dans les affaires civiques quand elle a servi en tant que porte-parole de la communauté à Saratoga.

Elle a un diplôme en arts de la scène à l’Université de Hartford. Elle a travaillé aussi une hôtesse de l’air avec Continental Airlines.

Née le 6 décembre 1975 à Brooklyn, New York, Ludmya Bourdeau est fille de parents haïtiens : fille de Mary et de Jean Maxine Bourdeau qui ont quitté avec un simple visa de touriste Haïti à cause des menaces des Tonton Macoute. Son père est devenu un directeur de peinture-compagnie et sa mère a travaillé comme une infirmière. C’est grâce à sa naissance que ses parents ont pu obtenir un permis de résidence américain (carte verte), puis devenus des citoyens naturalisés.

Elle a épousé en décembre 1998, un religieux mormon appelé Jason Love. Ils ont trois enfants ensemble.





Comments are closed.