Rappel des faits :
Vendredi 2 septembre, un incident a éclaté au moment où Rosemila Saint-Vil, la mairesse de la commune de l’Arcahaie (Inite Patriotik) s’est rendue à Bercy en vue de lancer les travaux de construction d’un arc de triomphe souhaitant la bienvenue aux visiteurs à l’entrée de la ville (une promesse de campagne). Elle affirme avoir invité Wills Thomas le maire de la commune de Cabaret (Famni Lavalas), à cette activité qui a mal tourné, lorsque des individus armés, le visage masqué ont débarqués de plusieurs voitures et désarmé ses agents de sécurité et blessé l’un des policiers qui l’accompagnaient.

Rosemila Saint-Vil accuse Wills Thomas d’être à l’origine de cette action. Le maire de Cabaert rejette ces accusation pointant du doigt des résidents opposés à ce projet, affirmant par ailleurs, que le haut Bercy, appartient à la commune sur la base d’une entente datant de 2006 entre les autorités de l’époque.

De son côté Rosemilia Petit-Frère St-Vil, affirme être dans son droit expliquant avoir en sa possession des documents, délivrés par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, sur la délimitation de sa commune. En outre elle affirme que le Chef de l’État l’aurait appelée dans la soirée de vendredi pour la menacer de révoquer son cartel… Toutefois, au Palais personne n’est en mesure de confirmer ou d’infirmer cette information…

Réactions du Gouvernement :
Suite à incident, le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales « condamne avec la dernière rigueur le comportement des autorités municipales de Cabaret et de l’Arcahaie » Il rappelle aux autorités municipales qu’il n’est pas dans leur attribution de fixer les coordonnées géographiques d’une commune et annonce l’ouverture d’une enquête administrative autour de ce conflit, en vue de fixer les responsabilités et déférer les auteurs matériels et intellectuels de ces violences par devant la justice.

De son côté, dans une note, le Président de facto Jocelerme Privert, condamne le comportement répréhensible des deux élus locaux qui a conduit aux incidents malheureux de la fin de semaine, il indique avoir « instruit les instances concernées de prendre, sans délai, les mesures qui conviennent afin de garantir le droit de circuler de tout un chacun, le respect des biens et l’intégrité physique des individus sur tout le territoire national, » et exhorte les autorités locales concernées à éviter la répétition de tels actes soulignant que « Ces affrontements entre des élus et leurs partisans ne font que ternir l’image de nos institutions et du pays. »

Situation actuelle :
Hier mardi, à l’initiative de la Fédération Nationale des Maires d’Haïti (FENAMH), agissant en tant que médiateur, une délégation du Ministère de l’Intérieur et les 2 maires élus, de d’Arcahaie et Cabaret, se sont rencontrés et ont trouvé une entente provisoire. La mairesse de l’Arcahaie a accepté de surseoir à son projet d’élever un arc de triomphe à Bercy en attendant la formation d’une Commission technique par le ministère de l’Intérieur, en vue de préciser les limites des deux communes. Les deux maires ont également pris l’engagement de n’entreprendre aucun mouvement susceptible d’affecter la Paix publique au niveau de la zone.





Comments are closed.