Mardi, alors que le Sénat a décidé d’accorder le bénéfice de l’urgence, face aux menaces du Groupe d’Action Financière de la Caraïbe (GAFIC) sur le système financier haïtien . notamment en ratifiant le projet de loi modifiant la loi du 11 novembre 2013 sanctionnant le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme et du projet de loi portant organisation et le fonctionnement de l’Unité Centrale de Renseignements Financiers (UCREF) adoptée en Conseil des Ministres le 30 août dernier la séance plénière de mardi, qui réunissait un fragile quorum de 16 sénateurs, a été infirmée par le Sénateur Carl Murat Cantave (Artibonite).

Le décision du Sénateur de prendre la parole avant d’infirmer le quorum par son départ, est intervenue après l’exposé sur la loi organique de l’UCREF par le Président de la Commission éthique et anti-corruption qui recommandait un vote favorable et juste avant la ratification, article par article de cette loi importante, qui fait partie des mesures devant éviter à Haïti de se trouver isolé financièrement sur la scène internationale si ces mesures ne sont pas adoptées avant novembre prochain.

En cause, le Sénateur Catave connu pour son intransigeance, qui ne reconnait pas le pouvoir de Jocelerme Privert, évoque un point de droit sur la légitimité constitutionnelle de Jocelerme Privert qui n’est plus Président depuis le 14 juin dernier « On ne peut pas s’offrir en ridicule en votant une loi déposée par un président usurpateur, qui va encore la publier aussitôt qu’elle sera votée par le Parlement » Il est convaincu que ses collègues ne devraient pas travailler « sur une loi soumise à leur appréciation, par quelqu’un qui n’est plus Président du pays ».

Une position qui a consterné ses collègues, y compris ses alliés, qui ne comprennent pas cette radicalisation,alors que le pays est sous une grave menace économique et que chaque jour compte…

La séance a été reportée à ce mercredi.





Comments are closed.