L’importante hausse des prix à la pompe décidée par le Gouvernement, en application depuis dimanche est unanimement rejeté et critiquée.

Une hausse des Prix qui provoquent une hausse du ton des principaux Partis Politique, mais aussi des syndicats de transport en commun et des jeunes au sein du Gouvernement Jeunesse d’Haïti.

LAPEH :
Jean Hector Anacacis, le Coordonnateur de LAPEH estime que Jocerleme Privert a trahi le peuple. Rappelant qu’il a failli a son mandat en ne réalisant pas élections et que maintenant il prend des décisions contre les intérêts de la population. Il affirme que Privert n’a pas de mandat, qu’il n’est pas légitime et qu’il veut imposer manu militari cette mesure à la population. Pour lui, Privert veut pousser le peuple au soulèvement pour empêcher la tenue des prochaines élections et rester au pouvoir.

Fanmi Lavalas :
Maryse Narcisse la candidate à la présidence sous la bannière « Fanmi Lavalas » estime que cette augmentation des prix des produits pétroliers va « aggraver la misère du peuple […] c’est trop, le peuple ne peut plus supporter cette misère ».

PHTK :
Reynald Lubérice, le Porte parole du PHTK estime que l’augmentation du prix du carburant depuis dimanche n’est pas justifiée, selon lui il aurait d’abord faire des économies au niveau des nombreux postes créés par l’administration Privert. En outre il affirme que « […] le président de facto, qui n’a ni titre ni qualité pour diriger le pays, n’a aucune légitimité pour prendre une telle décision, qui ne vise qu’à dépouiller le peuple, qui déjà n’avait pas grand-chose […]»

« Pitit Dessalin » :
Moïse Jean-Charles, candidat à la présidence sous la bannière « Pitit Dessalin » exige le retrait immédiat de cette mesure. Il propose une augmentation graduelle d’une ou trois Gourdes, mais refuse catégoriquement une hausse de 30 Gourdes d’un coup, affirmant que les chauffeurs, les marchands et la population en général auront du mal à a accepter une telle augmentation.

Corps syndical :
Par ailleurs, l’ensemble du corps syndical du transport en commun prévoit avoir recourt à la grève si le gouvernement ne retire pas dans le meilleur délai cette hausse du prix du carburant à la pompe. Une hausse que Duclos Bénisoit, le Président de l’Action Nationale des Chauffeurs (ANC) qualifie de « criminelle », accusant les autorités en place de manœuvrer pour que les prochaines élections soient annulées…

Gouvernement Jeunesse d’Haïti (GJH) :
De son côté, le Gouvernement Jeunesse d’Haïti (GJH) tout en admettant qu’Haïti ne peut pas se permettre de continuer à subventionner les prix à la pompe qui augmente le déficit budgétaire de l’État, estime que « le choix du gouvernement d’augmenter les prix à la pompe est d’abord inopportun et malvenu. En effet, la décision est prise en prélude à la réouverture des classes où les parents éprouvent d’énormes difficultés économiques. En plus des poussées inflationnistes liées aux produits de première nécessité qu’elle est susceptible de favoriser, les coûts des transports que ces parents doivent supporter au moins deux fois par jour se verront aussi augmentés. De plus, la décision est prise à un moment où les notes de la conjoncture économique ne résonnent pas bien. Donc, la décision peut faire plus de mal que de bien aux familles haïtiennes ».





Comments are closed.