La fin de l’occupation au début du mois des bureaux du rectorat de l’Université d’État d’Haïti (UEH) et de la Direction des Études Post-graduées (DEP), occupés illégalement par un groupe de prétendus étudiants, depuis le 5 février dernier n’a pas mis fin pour autant aux mouvements de protestations de ces supposés « étudiants »,

Lundi, des « étudiants » dont la liste des revendications ne semble pas avoir de fin, ont pris le béton et dressé des barricades de pneus enflammés à plusieurs endroits stratégiques de l’avenue Christophe. Ils ont ainsi paralysé les inscriptions aux concours d’admission, forçé le report d’examens et rendu impossible la validation des inscriptions à des candidat à l’INAGHEI, à la FASCH et à l’IERAH-ISERSS.

Les protestataires très motivés ont menacé de faire échouer l’organisation des concours d’admission pour la nouvelle rentrée académique s’il n’obtiennent pas satisfactions de leurs revendications…

Les agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) se sont déployés et ont dû utiliser à plusieurs reprises des gaz lacrymogènes pour disperser, souvent sous des jets de pierres et de bouteilles, les manifestants aux abord des facultés.

Une bonne partie de la journée la situation est restée tendue. La Brigade d’Opération et d’Intervention Départementale (BOID) est intervenue en renfort et tiré en l’air à balle réelle, selon le témoignage de résidents, pour calmer et disperser les derniers manifestants les plus téméraires.





Comments are closed.