Comme l’avait déclaré de nombreuses fois François Benoît, le Président de la Commission Indépendante d’Évaluation et de Vérification Électorale (CIEVE) « on va faire parler les chiffres ». À la lecture du rapport, les constats de la Commission sont accablants et les chiffres pour le moins troublant, par exemple, le rapport indique que « […] le nombre de votes intraçables, (628,000 votes, soit 40% des votes valides), est plus élevé que le nombre de votes obtenu par le candidat placé en tête de liste selon les résultats du Conseil Électoral Provisoire (CEP), est plus élevé que le nombre total de vote obtenu par le deuxième et le troisième candidat, et plus élevé que l’écart entre le premier et le cinquième candidat. De plus, en appliquant certains critères définit par la CIEVE en fonction de l’article 171.1 du décret électoral, la situation devient encore plus grave car le pourcentage de votes valides se réduit à 9% du total des votes […] »

Conformément au mandat de la Commission, consistant, pour l’essentiel, à épurer le processus dans le but d’y rétablir la confiance des acteurs politiques, elle recommande la reprise du processus électoral, tout en prenant les dispositions qui s’imposent pour garantir le respect du droit de vote des citoyens et celui des candidats





Comments are closed.