HollandeDans un communiqué daté du 17 février, un collectif d’organisations et d’associations haïtiennes et françaises : Le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR), La Cimade, Le Collectif Haïti de France (CHF), Le Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti), La Ligue des droits de l’Homme (LDH), L’Asosiyasion Solidarité Karayib (Assoka), L’Union des Femmes de la Martinique (UFM), se dit préoccupé par la situation d’expulsion du territoire français vers Haïti, de migrants haïtiens en situation migratoire irrégulière.

Le collectif exhorte les autorités françaises à suspendre les expulsions forcées des ressortissants haïtiens. Ces organisations croient que toute déportation dans le contexte politique fragile né de la crise électorale haïtienne ou es manifestations de rues sont nombreuses et la population en proie à de grandes violences, risque d’aggraver leurs conditions de vie.

Soulignant « Nos associations rencontrent des haïtiens sous le coup d’une mesure d’expulsion qui se disent extrêmement préoccupés de la situation parce qu’ils risquent de se retrouver isolés dans un pays qu’ils ont quitté depuis de nombreuses années, pour certains, pays en proie à des violences quotidiennes. La sécurité des personnes expulsées n’est pas assurée, par conséquent celles-ci se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité qui induit une forte précarité à l’arrivée ».

Rappelons qu’en 2015, plus d’une centaine d’haïtiens ont été expulsés en grande majorité depuis les centres de rétention de Guyane et de Guadeloupe et ces mesures se poursuivent depuis le début de l’année, malgré la situation d’insécurité qui prévaut en Haïti.





Comments are closed.