ggJeudi 28 janvier, l’Ambassadeur des États-Unis en Haïti, Peter F. Mulrean, en compagnie de plusieurs autorités civiles, politiques, religieuses locales et de la Minustah, a procédé à l’inauguration de la nouvelle prison civile pour femmes située à Cabaret près de Ti Tanyen à proximité de la route menant à Saut-d’Eau sur la Route Nationale #1.

La nouvelle prison civile pour femmes de Cabaret a été financée par le Département d’État des États-Unis à travers le Bureau International des Affaires Narcotiques et de l’Application de la Loi (BINL) à hauteur de 8 millions de dollars américains et les travaux exécutés par la firme haïtienne Panexus. Ce nouveau complexe pénitencier de deux étages construit sur une superficie de 6,144 m2 peut héberger entre 250 à 300 détenues, soit cinq mètres carrés par détenues. Les travaux ont débuté en août de l’année 2013 et la prison devrait être pleinement fonctionnelle en mars 2016.

Cette prison est dotée de salles de classe, de cellules avec toilettes, d’un dispensaire, de quatre miradors, de salles de bain, d’une large cafétéria et d’un système solaire d’électrification.

Ces installations vont au-delà des normes internationales relatives à la superficie allouée par détenue. Le bâtiment est autonome et équipé de panneaux solaires et d’onduleurs permettant une alimentation en électricité sans interruption, avec son propre approvisionnement en eau.

La prison civile pour femmes située à Cabaret représente beaucoup plus qu’un site de détention pour femmes, car elle fournira un environnement plus sécuritaire, plus humain, axé sur la réadaptation et l’insertion plutôt que l’incarcération et l’entreposage. En gardant cet objectif, la prison dispose d’un espace pour la formation professionnelle, d’un autre pour les exercices physiques, et d’un hôpital soutenu par le Projet « Health Through Walls» (Santé à Travers les Murs) de l’USAID. Ces caractéristiques contribueront à garantir que les détenues soient prêtes à contribuer de façon productive à la société après leur libération.

“Depuis mon accession à la tête du Ministère de la Justice en Janvier 2015, je porte une attention spéciale aux conditions de détention, tant sur le plan de la légalité que sur le plan des conditions de vie des détenus”, a déclaré le Garde des sceaux de la République.

Dans son discours de circonstance, l’Ambassadeur Peter Mulrean a déclaré « Le Gouvernement des États-Unis est déterminé à assurer le respect des droits humains de tous les citoyens haïtiens, indépendamment de leur statut social ou de leur classe politique. Cet important investissement par l’INL dans une prison en est la preuve. Pourtant, la construction de centres de détention n’est pas une solution à long terme pour la surpopulation carcérale ou la détention provisoire. Haïti a besoin de plus d’initiatives à court terme comme l’opération ‘Coup de Poing’ du Ministère de la Justice, visant à réduire le nombre de personnes en détention provisoire. Ces initiatives doivent être également accompagnées de réformes à long terme, visant à renforcer le secteur judiciaire haïtien ».

L’Ambassadeur a également précisé « Le gouvernement des États-Unis demeure engagé à aider Haïti à identifier les moyens de réduire sa surpopulation carcérale et à lutter contre la détention préventive ». Selon l’Ambassadeur Mulrean, le Ministre de la Justice Pierre Richard Casimir, le Directeur de la Police Nationale d’Haïti, Godson Orélus et leur équipe ont réalisé un travail impressionnant pour augmenter le nombre de recrues assignées à l’Administration Pénitentiaire, en particulier la représentation accrue des femmes.

Cette nouvelle prison remplacera une installation désuète à Pétion-ville qui avait été construite pour 50 détenues mais qui héberge actuellement 305 personnes. La prison de femmes de Cabaret comblera un vide en tant que le seul Centre d’incarcération en Haïti pour les femmes.

Par ailleurs le Ministère de la Justice finalise pour le moment les travaux de construction des prisons civiles de Hinche, de Fort-Liberté et de Petit-Goâve





Comments are closed.