gallery-featured-bronze-bellsgallery-featured-bronze-bellsAllégations de corruption des juges du BCEN,

le Parquet saisi du dossier :

Le Commissaire du gouvernement Me Ocname Clamé, a fait savoir que dans le cadre du dossier de corruption visant des juges du Bureau du Contentieux Électoral National (BCEN), le parquet avait été saisi du dossier de corruption suite aux accusations du candidat à la députation Gérald Jean, précisant que le dossier est en phase d’analyse, expliquant « Il s’agit de pot-de-vin et de crime financier. Ce sont des infractions punies par la loi […] Le parquet va continuer à enquêter et si les informations sont pertinentes, nous allons déférer le dossier par-devant le cabinet d’instruction ».

Quelles fraudes massives ? :
Peter F. Mulrean, l’Ambassadeur américain accrédité en Haïti, réagissant a l’information concernant des fraudes massives lors des élections du 25 octobre dernier à rappelé beaucoup de monde parle de « fraude massives » mais que jusqu’a présent personne n’avait apporté de preuves concrètes de fraudes massives. Rappelant que l’Ambassade américaine avait déployés le jour du scrutin des observateurs un peu partout et qu’ils n’ont pas vu de fraudes massives, pas plus que la MOE-UE et la Mission de l’OEA. Par ailleurs il rappelle que les auteurs de ces allégations n’ont fait aucun recours devant les instances électorales concernant ces fraudes et n’ont jamais montré de preuve ni aux médias ni au grand public pouvant confirmer leurs accusations.

Notez que concernant les 78 procès-verbaux (PV) évalués au CTV, l’analyse de la Mission d’Observation Électorale de l’UE (MOE-UE) a conclu,qu’il n’y avait que 3 PV vraiment douteux, les autres avaient de petites irrégularités qui ne justifiait pas leurs mises à l’écart.Téléchargez le rapport de la MOE UE : http://www.haitilibre.com/docs/elections2015/AnalysedelaMOEUEdes78PVprsidentielsvrifisparleBCEN.pdf

Le Collectif des maires élus à travers le pays exige ! :
Le Collectif des maires élus à travers le pays, une nouvelle force politique composée de plus d’une centaine de personnalités politiques, a demandé au gouvernement de garder une position neutre ; au Conseil électoral Provisoire (CEP) de fonctionner dans la plus grande transparence et à la Société Civile de rester vigilante.

Le collectif a exigé du prochain Président de la République qu’il organise une Conférence nationale pour ramener la confiance au sein de la classe politique et de signer un pacte de gouvernabilité (Exécutif, Parlement et les Collectivités territoriales).

Le Collectif, propose au CEP d’organiser le second tour des élections présidentielles le 17 janvier 2016 et d’installer le prochain Chef d’État le 7 février 2016.





Comments are closed.