g-15852Haïti – Social : L’heure des désillusions pour les haïtiens au Brésil…
Chaque année des milliers de nos compatriotes quittent Haïti, souvent au péril de leur vie, partant à la recherche d’une vie meilleure et le Brésil, pour plus d’un, représente l’Eldorado. Toutefois, au Brésil depuis plusieurs années, c’est l’heure de la désillusion pour de nombreux haïtiens.

La situation économique du Brésil se dégrade, les emplois diminuent dans plusieurs entreprises brésiliennes, l’accès au marché du travail à des étrangers se complique. Bon nombre de migrants haïtiens sont venus chercher du travail dans la construction, un secteur qui a perdu 385,000 emplois seulement en 2015.

Outre la difficulté à trouver un emploi, nos compatriotes en compétition avec la main-d’œuvre brésilienne, se heurte à haine, au racisme et à la violence de certains brésiliens, qui luttent également pour la survie de leur famille et qui ne voient pas d’un bon œil, cette main-d’œuvre étrangère, souvent illégale, prête à travailler à n’importe quel prix, parfois même pour un repas par jour…

Selon le journal brésilien Folha, de plus en plus d’immigrants haïtiens évoquent la possibilité de retourner en Haïti ou de partir à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil. Même avec un métier la vie est difficile, gagnant souvent moins de 1,000 réals par mois (± 260 dollars américains) le revenu de nos compatriotes est insuffisant pour vivre dignement et envoyer un peu d’argent à leur famille restée en Haïti. Certain ont perdu leur travail et en cherche un nouveau en vain, parfois depuis plus d’un an… Prêt à tout, ils acceptent d’être exploité à des conditions salariales souvent inacceptables et s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la misère.

Dans le même temps, le 11 novembre dernier, le gouvernement brésilien a annoncé la signature d’une loi qui octroie la résidence permanente à 43,781 immigrants haïtiens leur permettant d’obtenir un document de travail exigé par les employeurs brésiliens, d’avoir de nouvelles possibilités d’emploi et de pouvoir bénéficier des programmes d’aide sociale.

Cela sera-t-il suffisant pour changer la vie de nos compatriotes en détresse ? Rien n’est moins sûr…





Comments are closed.