g-14302La Direction Générale de l’Immigration (DGM) dominicaine a rapporté que depuis le 18 juin, un jour après la fin du Plan National de Régularisation des Étrangers (PNRE) jusqu’au mardi 23 juin, 12,165 personnes avaient regagné volontairement Haïti.

Dario Paulino Sem, le directeur de l’immigration a précisé que « Le retour volontaire des étrangers est exemptés des sanctions conformément au règlement de la migration. Cela signifie qu’éventuellement ces personnes pourrait retourner dans le pays sans entrave, à condition qu’elles répondent aux exigences en matière de documentation, de visa, etc… »

Par ailleurs, mardi, la DGM a nié qu’elle avait réalisé quelque sorte de déportation de masse après l’achèvement du PNRE, le 17 juin. L’institution a réfuté des informations prétendument des autorités haïtiennes, dans lesquelles il est indiqué qu’une centaine de personnes ont été rapatriées par les autorités dominicaines dans les communautés frontalières de Malpasse et Belladère.

Un communiqué de la DGM indique que « Tout étranger installé illégalement dans le pays est sujet à expulsion en vertu de la Constitution et de la loi dominicaine, mais la vérité est qu’après achèvement de la date limite [d’inscription] à la régularisation via le PNRE, n’ont pas encore été initiée les interdictions migratoires [,et les rapatriements] ».

La DGM précise que lorsque les rapatriements auront lieu, ils se feront « dans le respect des droits de l’homme, la dignité, avec humanité et à bon escient. »





Comments are closed.