Libération des cinq policiers écroués au pénitencier National

2 min read

Moins de deux heures après les déclarations du premier ministre Joseph Jouthe selon lesquelles les cinq policiers ne peuvent pas être mis en prison », arguant qu’il s’agissait d’une faute administrative, le commissaire du gouvernement de Port-au-prince, Ducarmel Gabriel, s’est rendu en personne au pénitencier national en vue d’ordonner la libération de ces policiers. Des agents de l’ordre faisant parti du groupe Fantôme 509 étaient massés devant les locaux du pénitencier national et ont tiré en l’air en signe de contentement après apris la nouvelle de la relaxation de leurs frères d’armes.

Si le premier ministre veut que tous les coupables de l’assainnat de Me Monferrier Dorval soient punis, il clame toutefois l’innocence des policiers. Ces derniers ne sont pas responsables de l’assassinat de Me Dorval. Selon le premier ministre, il s’agit d’une faute administrative de la part de ces policiers. Il revient à l’Inspection Générale de la Police de trancher autour de cette affaire, a t-il lâché.

Soulignons que de nombreuses zones de la capitale sont en ébullition. Des véhicules incendiés, des barricades de pneus enflammés érigés un peu partout de la part de certains policiers, en signe de protestation contre l’emprisonnement de ces policiers.

Selon une source généralement bien informée , les policiers viennent tout juste de recouvrer leur liberté pour être transféré à l’IGPNH pour les suites nécessaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © All rights reserved. | Radio Verite .
Powered by