Mesdames et Messieurs,

Tout Etat qui se respecte doit prendre au sérieux la question de la sécurité dans ses différents aspects. Avec la mise en place de l’institution militaire, mon administration entend donner à la nation, à côté de la Police Nationale, les moyens de garantir sa sécurité et permettre à notre pays de contribuer sa pierre à la sécurité régionale et internationale.

Bréviaire de la nouvelle institution militaire, le Livre Blanc sur la Sécurité et la Défense Nationale pour le Développement Économique et Social Durable D’Haïti constitue la ligne philosophique et définit l’orientation stratégique de notre futur dispositif de sécurité et de défense. Ce dispositif se résume ainsi: Haïti, un pays souverain, pacifique et axé sur le développement économique et social durable, mu par la volonté de protéger ses citoyens contre tout risque et contre toute menace.

La fin du mandat de la MINUSTAH se profilant à l’horizon, le vide qui en résultera a créé chez gouvernants et gouvernés un consensus autour de la nécessité de reconstituer notre appareil sécuritaire et défensif, en dépit de divergences méthodologiques.

En raison des péripéties d’une trop longue et coûteuse campagne électorale ponctuée d’avancées spectaculaires et de reculs intempestifs, mon accession à la première magistrature de l’Etat le 7 février 2017 a permis de remettre le dossier sur la table. Si d’aucuns n’y croyaient guère, d’autres étaient armés de foi dans l’avenir.

Les leçons tirées du 12 janvier 2010, de l’ouragan Matthew d’octobre 2016 et du cyclone Irma ont prouvé la nécessité pour le pays de pouvoir déployer ses propres moyens en vue de faire face aux désastres et relever les défis qui les accompagnent. Le Corps du Génie et l’Unité médico-sanitaire qui étaient jusqu’ici un embryon d’armée, se sont révélées être d’une extrême utilité et d’une grande efficacité sur tous les théâtres d’opérations de secours. Par ma voix, le peuple haïtien leur dit: bravo et merci.

Ce constat une fois fait, il devient impérieux de se référer à la Constitution qui indique de façon impérative et non-équivoque tout l’appareillage nécessaire pour assurer le bien- être du peuple haïtien. Dans mon premier message à la Nation le 7 février 2017, je me suis engagé à doter le pays de toutes les institutions prévues par la Constitution en vue du fonctionnement harmonieux de l’appareil d’Etat, en particulier du Conseil Électoral Permanent. Je redis ma ferme détermination à les mettre en place durant mon mandat. Dans cet ordre d’idées, le rétablissement des FAd’H par arrêté en date du 16 novembre 2017 obéit à la même logique.

Il ne s’agit pas d’un acte émotionnel ou partisan destiné à satisfaire une chapelle politique, un groupement ou un groupuscule. C’est un acte d’Etat à caractère patriotique et inclusif dans la mesure où les FAd’H se présentent aujourd’hui comme une nécessité, un passage obligé dans la lutte contre les calamités naturelles ou provoquées. Nous sommes constamment dans la trajectoire des cyclones et notre pays repose sur des failles de grande ampleur. Les FAd’H ont pour mission de s’investir à fond dans toute activité du gouvernement qui requiert son savoir-faire et son expertise dès lors que cela lui a été demandé. Elles seront à pied d’œuvre dans toutes les grandes interventions structurantes du gouvernement, toutes les fois qu’il a été prouvé qu’elles ont l’expertise nécessaire. Il s’agit, en vérité, d’une armée moderne vouée au service du citoyen, dont l’utilité et l’efficacité ne font plus de doute.

Monsieur le Ministre de la Défense,
Je vous demande de bien vouloir partager avec votre staff et vos collaborateurs toute la gratitude que je prends plaisir à vous exprimer aujourd’hui. Le travail n’est pas fini. Bien d’autres chantiers vous attendent. Je sais que je peux compter sur votre patriotisme et votre dévouement.

Monsieur le Commandant en Chef a.i. des FAd’H, Messieurs les Membres de l’Etat-major Général des FAd’H,

Je tiens aussi à féliciter chacun de vous pour votre courage, votre abnégation et votre sens du sacrifice. En temps normal, vous seriez en train de jouir d’une retraite paisible mais voilà que des cas de force majeure en décident autrement. Je veux vous dire ma profonde reconnaissance ainsi que celle du peuple haïtien. La tâche qui vous attend est écrasante. Vous n’aurez pas de répit. Vous avez la responsabilité de bâtir cette école de civisme, de patriotisme et de dépassement de soi. Vous insisterez sur la formation et l’entraînement comme vecteurs de discipline. N’oubliez pas que sans la discipline, l’armée est une gangrène qui peut envahir le corps social. Sachez tirer les leçons du passé pour réussir le présent et permettre à la Nation d’engager l’avenir avec sérénité et confiance. Vous aurez tout le support nécessaire pour accomplir votre mission, dans les limites des moyens de la République.

L’ordre, la discipline, le respect de la dignité humaine et des droits de tous et de chacun, la protection de la liberté, sont à la fois les socles et les boussoles de mon administration. C’est pour avoir nié ces principes qui fondent et élèvent toutes les grandes institutions militaires en pays démocratique, que l’ancienne Armée d’Haïti s’était faite balloter, instrumentaliser, humilier, anéantir. Vous avez la responsabilité de mettre en place une institution dont chaque haïtien, chaque haïtienne se sent fier. Vous avez le privilège et l’ultime obligation de faire renaitre cette institution charnière qui constitue la colonne vertébrale de l’Etat d’Haïti. Vous avez la responsabilité de contribuer à donner à la jeunesse les raisons d’espérer que demain sera mieux qu’hier. Vous avez été sélectionnés sur la base de critères stricts et vous êtes présumés avoir les qualités requises pour accomplir une si noble mission. Ne nous décevez pas. Vous devez aussi rigoureusement sanctionner chaque fois que la situation l’exige. Rendez notre Nation fière de son armée!

A l’école de la Démocratie, nous sommes tous inscrits, apportant, chacun, notre pierre à l’œuvre de la reconstruction nationale, à l’œuvre de la renaissance de notre pays, dans le respect le plus scrupuleux de la loi et du droit.

Pou frè’m ak sèm yo ki te komanse pèdi pasyans, mwen di : pito nou mize nan wout men nou pote bon nouvèl.

Vive la Nation Haïtienne !

Vive l’Armée d’Haïti !

Je vous remercie.





Comments are closed.