Le gouvernement du Japon a octroyé une enveloppe d’environ 17 millions de dollars américains afin d’implanter 3 projets dans le pays. Accompagné des ministres de l’Environnement et de l’Intérieur, le ministre de la Planification a assuré la signature du protocole d’accord de don, ce jeudi.

Ce fonds sera destiné au projet de renforcement, à la préparation, à la gestion des désastres, au projet de renforcement du système de gestion des déchets solides et au projet d’électrification rurale et à l’autonomisation des femmes.

Le ministre de la Planification et de la Coopération externe, Aviol Fleurant, souligne à l’encre forte que l’administration Moïse/Lafontant pense à un nouveau paradigme de coopération et de gouvernance de l’aide externe. Le ministre Fleurant précise que ce montant sera injecté à la BRH.

Le MDE a reçu la part du lion de ce montant 8 millions de dollars américains, pour mettre en œuvre son projet de gestion des déchets solides dans les communes de Ouanaminthe et de Jérémie.

Pierre Simon Georges donne pour sa part la garantie que l’aide sera axée sur les résultats, qui vont être palpables et visibles. À les entendre, les trois ministres autour de la table veulent lancer un signal fort de l’administration en place afin de prouver que tout le gouvernement se tient debout pour conduire le pays sur la route du progrès et du développement.

Aviol Fleurant, plus loin, a profité pour évoquer la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide qui promeut plusieurs principes sur sa gestion. Il recommande que ladite aide s’aligne sur les priorités de l’administration politique, soit appropriée et fasse l’objet d’une gestion axée sur les résultats.

Le ministre de la Planification confie en outre que le gouvernement veut un impact sur le plan social et économique pour chaque centime reçu au nom du peuple haïtien.

D’après lui, ces trois projets s’inscrivent dans la priorité du gouvernement en fonction de la vulnérabilité d’Haïti. Me Fleurant explique qu’une enveloppe de l’ordre de 3 millions 350 mille dollars sera allouée au projet de gestion des risques et des désastres. En ce qui concerne le projet de l’électrification rurale, 5 millions 500 dollars américains seront dépensés, confirme le titulaire du MPCE.

Pour sa part, le diplomate Yoshiaki Hatta souhaite que l’environnement socioéconomique de la population s’améliore à travers ces projets. Il explique que le Japon veut accompagner le gouvernement, qui s’engage activement en à atteindre les objectifs du développement durable. “Le gouvernement japonais cherche la formule de collaboration axée sur les résultats en réponse aux besoins du peuple haïtien », indique l’ambassadeur du Japon en Haïti.

Le ministre de l’Intérieur des Collectivités territoriales, Max Roudolph St-Albin, croit de son côté que ce projet sur la gestion des risques et des désastres arrive à point nommé, vu qu’il avait soumis un projet de loi sur le nouveau Système national de gestion des risques et des désastres (SNGRD).

Le Programme des Nations unies pour le développement sera le partenaire qui s’occupera de la mise en œuvre desdits projets.





Comments are closed.