Jeudi 11 janvier encore une fois, Donald a confirmé les déclarations de l’éditorialiste, Michael Wolff, L’auteur du livre “Le Feu et la Fureur”

Lors d’une rencontre avec les parlementaires américains dans le bureau ovale, la question d’un accord sur immigration était au cœur des palabres, Donald Trump en a profité pour refrapper Haiti.

Le journal américain Washington Post a rapporté que l’évocation du dossier a chatouillé les nerfs du président américain. Au point qu’il aurait déclaré : « Pourquoi avons-nous tous ces gens de pays « shithole » (trou de merde) à venir ici? », faisant référence clairement à Haïti, El Savador et les pays africains.

Trump pense, selon la même source, que les « Etats-Unis devraient plutôt accueillir plus de gens de pays comme la Norvège ».

Ces commentaires laissent certains législateurs consternés.

D’un autre côté, le célèbre quotidien américain New York Times a recueilli d’autres informations auprès de sources dignes de confiance.

« Pourquoi voudriez-vous que des gens originaires d’Haïti viennent ici ? », aurait tempêté le président américain, à l’idée seule d’entendre que les haïtiens bénéficieront du statut d’immigrant légal.

La maison blanche ne dénie pas ces déclarations scandaleuses attribuées au président américain. Dans une note écrite ce jeudi 11 janvier, Raj Shah, le secrétaire de presse adjoint de l’administration explique : « Certains politiciens de Washington choisissent de lutter pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain ».

A M. Shah de rajouter : « Comme d’autres pays qui ont une immigration fondée sur le mérite, le président Trump se bat pour des solutions permanentes qui rendent notre pays plus fort en accueillant ceux qui peuvent apporter une contribution à notre société, développer notre économie et s’assimiler à notre grande nation. »

Rappel : 23 décembre dernier, deux journalistes du New York Times rapportaient que le président américain, l’homme le plus puissant du monde, aurait proféré que les Haïtiens ont « tous le Sida ».

Si la Maison blanche a démenti cette déclaration, cette nouvelle sortie lapidaire remet sous les feux de la rampe l’intention de Donald Trump à vouloir chasser les immigrants haïtiens du pays de l’Oncle Sam.

« Pays de merde » : l’ONU juge « honteux et racistes » les propos de TrumpActualités > International

Le porte-parole de l’ONU dénonce les propos rapportés du président américain. AFP/MOHAMMED ABEDLe président américain, lors d’une réunion à la Maison Blanche, aurait injurié Haïti, le Salvador et des pays africains.

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a dénoncé les propos de Donald Trump qui a qualifié Haïti, le Salvador et des pays africains de « pays de merde ». L’ONU a qualifié ses mots de « choquants », « honteux » et « racistes ».

« Si c’est confirmé, il s’agit de commentaires choquants et honteux de la part du président des Etats-Unis. Désolé, mais il n’y a pas d’autre mot que racistes », a déclaré le porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, Rupert Colville, lors d’un point de presse à Genève.

Depuis, dans plusieurs tweets, Donald Trump a assuré que bien qu’ayant employé des « mots durs », il n’avait pas employé cette expression. Quelques heures avant, la Maison Blanche elle n’avait pas démenti.

Et les mots de Donald Trump avaient été rapportés par le Washington Post, citant plusieurs sources. Le président américain les aurait tenus lors d’une réunion avec des parlementaires sur l’immigration à la Maison Blanche. « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? », a demandé Donald Trump lors des discussions. Selon des sources anonymes, il faisait référence à des pays d’Afrique ainsi qu’à Haïti et au Salvador, expliquant que les Etats-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège, dont il a rencontré la Première ministre la veille.

Jeudi soir, la Maison Blanche elle n’a pas démenti cette fois-ci.

Selon une journaliste de NBCNews, le gouvernement haïtien a demandé des explications à l’administration américaine.





Comments are closed.