“Why are all those people from shithole countries coming here?” “Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ?”

Donald Trump qualifie Haïti et des nations africaines de pays latrine (pays de merde)

Selon plusieurs médias américains, Trump a qualifié Haïti, le Salvador et des nations africaines de “pays de merde”, lors d’une réunion à la Maison Blanche. L’intéressé a avoué avoir eu des propos durs, mais nie avoir utilisé cette expression.

Donald Trump ne s’emporte pas uniquement sur Twitter. D’après le Washington Post, alors qu’il présidait une réunion à la Maison Blanche jeudi 12 janvier, le président américain se serait laissé aller à quelques propos indélicats sur Haïti ainsi que plusieurs nations africaines qu’il a qualifiés de “pays de merde” (“shithole countries”).

>>

“Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ?”, a demandé le président lors des discussions, selon le quotidien qui cite plusieurs sources anonymes. Selon elles, Donald Trump faisait référence à des pays d’Afrique, ainsi qu’à Haïti et au Salvador, expliquant que les États-Unis devraient plutôt accueillir des ressortissants de la Norvège, dont il a rencontré la Première ministre la veille.

“Des propos durs”

Vendredi, le président américain a laissé entendre qu’il n’avait pas utilisé cette expression : “Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur, mais ce ne sont pas les mots utilisés”, a-t-il rectifié sur son compte twitter.

Sollicitée jeudi soir sur ces propos, la Maison Blanche n’avait pas contesté ni démenti, soulignant simplement, dans un bref communiqué, que Trump se battrait “toujours pour les Américains”.

Ces propos ont suscité une vague d’indignation aux États-Unis et à travers le monde. Le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme (HCDC) a jugé que, s’ils étaient confirmés, ces propos étaient “choquants et honteux” de la part du président des États-Unis.

“Le président est un raciste”

Dans une longue série de tweets, Trump a par ailleurs une nouvelle fois défendu vendredi sa fermeté sur l’immigration : “Je veux un système d’immigration fondé sur le mérite et des gens qui aideront notre pays à aller de l’avant, a-t-il écrit. Je veux la sécurité pour notre peuple”.

Membre du Congrès, le démocrate Luis Gutiérrez a réagi en déclarant : “Nous pouvons dire maintenant avec 100 % de certitude que le président est un raciste qui ne partage pas les valeurs inscrites dans notre Constitution”. Sa collègue républicaine Mia Love, d’ascendance haïtienne, a jugé pour sa part “désobligeants” et “clivants” les propos présidentiels et a demandé des excuses





Comments are closed.