Colloque

Réunis lors d’un récent colloque à Port-au-Prince sur la lutte contre l’impunité des crimes du passé et la justice transitionnelle. 80 experts d’organisations de la Société Cvile haïtienne et des experts internationaux, ont discuté des défis liés à l’impunité pour les crimes du passé et des possibilités d’action en faveur de la vérité, de la justice et de la réparation pour les victimes.

Les participants au colloque ont relevé les défis liés au travail de documentation des violations des droits humains, essentiel à l’établissement de la vérité et des faits, tout particulièrement en matière de sécurité pour les victimes et témoins, ainsi que de l’accès aux archives officielles des différents gouvernements autoritaires.

Les participants ont appelé les autorités haïtiennes à garantir les droits et la sécurité des victimes luttant pour que justice soit faite et à faciliter l’accès aux documents officiels des différentes époques de violence. Ces conditions sont essentielles au travail crucial d’établissement des faits et des responsabilités, et à tout travail de mémoire.

« Faire la lumière sur les violations des droits humains du passé contribue au nécessaire travail de mémoire d’une nation. Sans une active politique mémorielle, une connaissance et éducation sur les crimes des régimes autoritaires du passé, les citoyens ne peuvent s’approprier leur histoire et contribuer à un présent meilleur » souligne la Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH)

Les participants ont souligné les faiblesses de la justice haïtienne et l’impunité persistante dont bénéficient les auteurs de graves violations des droits humains en Haïti, à prendre leurs responsabilités et à démontrer par des actes clairs que la justice et la poursuite des auteurs de violations graves des droits humains est une réelle priorité.

La FIDH estime que « L’impunité est un réel fléau en Haïti. Les autorités doivent renverser la tendance et démontrer d’une volonté politique pour garantir une justice forte, indépendante et impartiale dans le pays. Personne n’est au-dessus de la loi. il faut que ce principe devienne une réalité afin que les crimes du passé ne puissent se répéter ».





Comments are closed.