Marque de la bête

En prélude à la puce électronique implantée sous la peau de la main ou sous la peau du front, à Londres, un supermarché a été le premier au monde à permettre aux consommateurs de régler leurs achats d’une manière peu conventionnelle, par reconnaissance des vaisseaux sanguins du doigt.

Le dispositif Fingopay a été mis en place par Sthaler, une entreprise britannique. En utilisant un scanner, la technologie infrarouge établit la carte biométrique propre à chaque individu. Toutes les données digitales des vaisseaux du doigt sont ensuite associées à un compte bancaire. Selon les concepteurs, cette technologie serait plus fiable que celle utilisant les empreintes digitales, jugée facilement piratable.

The London Telegraph rapporte que ce système permet d’ouvrir des portes, de se connecter à des ordinateurs ou même d’acheter des collations dans la salle de pause. L’entreprise espère que la technologie sera utilisée de manière plus générale pour des activités comme le transport aérien, les transports publics et le stockage des données médicales.

Ils semblerait d’ailleurs que des milliers d’autres grands magasins aient exprimé leur intérêt concernant l’introduction de ces scanners dans leur système de paiement…

Mais cette nouvelle innovation préoccupe beaucoup certains chrétiens qui craignent que les implants à micro-puces puissent représenter la marque de la bête mentionnée dans le livre de l’Apocalypse.

La rédaction





Comments are closed.